Agilité 1: Définition générale

September 24th, 2004 par Freddy Mallet

En parallèle des articles sur le coaching et certainement de manière très complémentaire, je vais aborder sur une série d’articles la notion d’Agilité appliquée à la conduite de projet. Ce premier galop s’appuie principalement sur le livre ‘Systèmes d’information et processus agiles’ de Jean-Pierre Vickoff.

Histoire de prendre un tout petit peu de hauteur par rapport à la conduite de projet informatique à proprement parlé, il est important de re-situer l’Agilité dans un context global de gestion d’ entreprise. En effet l’Agilité s’applique à la fois à l’organisation humaine, à l’urbanisation des systèmes et à la conduite de projet.

L’Agilité est avant tout une réponse pragmatique à une problématique qui touche désormais toutes les entreprises: la mondialisation et l’accélération croissantes des évolutions technologiques conduisent les entreprises à évoluer en permanence dans un contexte concurentiel de plus en plus exacerbé.
Prenez l’exemple du marché de l’ADSL en France: il est difficile qu’un mois se passe sans qu’un des protagonistes du secteur n’annonce une baisse des prix ou un nouveau produit technologique(téléphonie sur IP, base ADSL WIFI, bouquet de télévision, passage en 6Mb, etc…). Au final la bonne gestion d’une entreprise ne suffit plus à assurer sa pérennité, il lui faut désormais non seulement accépter le changement mais mieux encore le provoquer.

Voici une liste de définitions possibles de l’Agilité proposées dans le livre de Jean-Pierre Vickoff :

‘L’agilité est la capacité de maintenir la compétitivité des entreprises alors que la turbulence de leur environnement dépasse leur vitesse d’adaptation traditionnelle’ (Frédéric Fréry de l’Ecole supérieure de commerce de Paris’


‘L’agilité est l’aptitude à conduire de manière efficace et rapide des changements brusques, temporaires ou permanents, tout en évitant les problèmes liés aux reconfigurations des structures classiques’

‘Une entité apte à faire face à l’évolution de son environnement et disposant de compétences particulières pour provoquer , aborder et gérer avec succès le changement dans l’exercice concurrentiel des affaires de son secteur’

On peut également définir l’Agilité par opposition au système analytique cartésien:

  • L’adaptabilité prend le pas sur la prédictivité,
  • Les cycles incrémentiels et itératifs prennent le pas des cycles en cascade sans rétroaction,
  • La levée du risque se fait par l’expérimentation et non pas la documentation ou la description,
  • La méthode est basée sur un phasage simple et souple et non figé,
  • Le système produit est à forte rétroactivité plutôt qu’à forte entropie,
  • On privilégie un rendement satisfaisant à une exhaustivité de la solution, etc…

L’adoption de l’Agilité par une entreprise nécessite également un management de type ‘agile’ qui comporte de nombreux points en commun avec le coaching :

  • auto-évaluation permanente
  • dialogue dans la recherche d’une vérité partagée
  • coopération et maillage en réseau de l’action collective
  • l’apprentissage progressif passe par l’expérimentation

Bref, une entreprise tendue vers un souci de réactivité tout en garantissant la qualité avec des processus industrialisés, voila modestement ce que les méthodologies agiles se proposent d’offrir.

A suivre…

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.