Coaching 2: qu’est ce que c’est ?

September 29th, 2004 par Freddy Mallet

Sans trop tomber dans la caricature, on peut dire que le coaching est une technique qui vise à obtenir la libération du potentiel de la personne coachée.

L’application de cette technique repose sur deux postulats essentiels:

  • Cela paraît évident mais le coach doit avoir une vision positive et croire au potentiel de la personne coachée. Les performances du coaché sont généralement à l’image de l’opinion qu’a le coach à son sujet. Il est vain d’essayer de coacher une personne dont on estime qu’elle a déja atteint son niveau d’incompétence sur un sujet donné. Exemple: coacher Georges WBush pour l’aider à développer une image d’homme de dialogue et de sagesse. Autre exemple: Dénigrer un joueur de tennis en espérant un sursaut d’orgueil n’est clairement pas du coaching, c’est autre chose.
  • Etre convaincu que le savoir du coaché est tout aussi important si ce n’est plus que son propre savoir. C’est certainement encore plus dur à appliquer que le point précédent. Exemple: Vous êtes responsable d’un épique de production, vous devez optimiser le processus de production et vous organisez une réunion avec votre équipe. Bien évidemment, vous avez réfléchi à des solutions possibles avant de rentrer en réunion et l’une d’elle vous semble géniale. Le manager traditionnel va essayer de passer en force en persuadant toute son équipe qu’il a trouvé LA solution et que ça va donner grave. Celui qui applique une technique de coaching va laisser de côté son ego et va commencer par proposer un tour de table. Dans le meilleur des cas un employé a pensé à une meilleur solution. Un employé peut également avoir pensé à la même solution et il est nettement plus facile de construire une dynamique autour d’une idée d’un employé que d’une idée du chef. Dans le pire des cas, rien ne ressort du tour de table et de manière neutre vous proposez votre solution qui si elle est bien présentée devrait recueillir les suffrages. Bref, dans tous les cas c’est mieux.

Si ces deux postulats sont respectés le coach et le coaché vont essayer de construire ensemble ce que certains appellent le ‘GROW’ pour son intérêt mnémotechnique:

  • Goal: objetif à atteindre
  • Reality: description la plus objective possible de la réalité
  • Options: les options à notre disposition pour atteindre l’objectif
  • Will: ce qui va être fait, comment, dans quels délais, etc…

Afin de développer ce ‘GROW’ naturellement le coach va procéder par questions successives qui doivent permettrent entre autre:

  • D’aider le coaché à mieux percevoir la réalité
  • De donner un feedback positif au coaché pour le mettre en confiance
  • D’éviter tout jugement de valeur ou subjectif

Prenons l’exemple suivant:
André joue le rôle de coach envers son ami Paul qui rencontre actuellement quelques difficultés personnelles:
Définition de l’objectif
Paul: j’aimerai bien que tu m’aides à définir un petit programme de jogging
André: avec plaisirs, as-tu déjà couru quelque fois ?
Paul: bin en fait, ce sera la première fois
A: d’accord y’a pas de problème, est-ce que tu souhaites profiter de ce jogging pour perdre du poids ?
P: oui, environ 10 kilos
A: et combien de temps te donnes-tu ?
P: je ne sais pas exactement, peut être 2 mois
A: ça fait donc 5 kilos pas mois ?
P: c’est pas un peu beaucoup ? Je crois que si j’arrivais à perdre 2 kilos déjà sur le mois à venir, ça me permettrait d’inverser la tendance et de reprendre confiance (c’est en fait ça l’objectif réel)
Description de la réalité
A: Perdre 10 kilos uniquement avec la pratique du jogging risque d’être difficile, vois-tu d’autres solutions possibles en parallèle ?
P: Je mange tous les midis avec des clients au restaurant, donc l’estomac a un peu de mal à suivre.
A: Grossièrement peux-tu me décrire un repas typique ?
P: apéritif, plat de résistance, dessert, vin rouge
A: donc un apéritif, un plat de résistance, un dessert et un vin rouge, c’est bien cela ? (reformulation plus précise de la question à partir des premiers éléments de réponse)
P: euh, je mange également pas mal de pain en attendant les plats et je prends régulièrement 2 cafés.
A: ok, et entre les repas, t’arrive-t-il de manger quelques fois ?
P: oui, je craque de temps en temps pour une chocolatine
A: 1 fois pas semaine environ ?
P: en ce moment c’est plutôt tous les jours (A ce stade la réalité est assez bien posée)
Les options
A: Pour ce qui est de l’alimentation, vois-tu des solutions possibles pour réduire un peu la voilure ?
P: En fait la moitié de mes clients se contentent désormais d’un café à la place du dessert, quand je mange avec eux, je pourrais essayer de calquer mon repas sur eux ?
A: c’est une excellente idée (en fait André n’avait pas pensé à cette solution ne connaissant pas la clientèle de Paul + feedback positif)
A: vois-tu d’autres manières de réduire par exemple la consommation de sucre durant la journée ?
P: A 16h, j’ai vraiment besoin de manger quelque chose, je pourrais éventuellement remplacer la chocolatine par une pomme, qu’en penses-tu ?
A: bonne idée
A: et pour le jogging, avais-tu penser à un programme précis ?
P: pas vraiment
A: quelle fréquence de jogging te conviendrait ?
P: 3 fois pas semaine ce serait pas mal déjà ?
A: donc tu arriveras a te libérer plus tôt trois fois par semaine ?
P: euh, ça risque d’être dur, 2 fois me semble plus réaliste
A: ça marche, pour la durée du jogging, tu as une idée ?
P: 20 minutes ça me semble déjà bien. (L’ensemble des options sont posées)
(définition des actions)
A: Donc, si on récapitule, sur le premier mois l’objectif est de perdre 2 kilos, c’est bien ça ?
P: tout à fait!
A: Tu me rappelles les moyens ?
P: 2 jogging par semaine de 20 minutes
P: remplacer la chocolatine par une pomme
P: ne pas prendre de dessert si le client avec lequel je mange n’en prend pas et puis essayer de réduire ma consommation de pain à 2 tranches par repas.
A: ok, c’est parfait! peux-tu évaluer tes chances de réussite sur une échelle de 1 à 10?
P: 6
A: que pourrais-tu faire pour atteindre le chiffre 8 ?
P: ne plus prendre mes cafés avec du sucre et remplacer l’alcool fort en apéritif par un verre de vin
A: Ca me semble en effet judicieux, tu pars donc là dessus alors
P: oui, c’est parti

Bon, je ne reparlerai plus de Paul, il m’agace à la fin
Prochain galop: Difficultés d’allier coaching et management

A suivre..

5 Responses to “Coaching 2: qu’est ce que c’est ?”

  1. Benoît Says:

    J’attends avec impatience la partie sur l’alliance Coaching et Management….
    (Rque : on écrit un “galop” et pas un “gallot”)

    Et sur le principe, le coaching c’est bien, mais que se passe-t-il lorsque tu ne crois pas au potentiel de la personne ou plutôt que tu crois que son potentiel est limité ??

  2. Freddy Mallet Says:

    merci pour la correction orthographique, n’hésitez pas à m’allumer c’est un service à me rendre :-)
    Pour répondre à ta question, le coaching n’est qu’une technique de management possible qui peut être appliquée dans certaines situations mais qui ne répond pas à toutes les problématiques. Pour reprendre l’exemple simple de Paul et André:

    si tu sais/pense que Paul n’aura pas la force morale de se lancer dans un régime même léger il sera vain d’essayer de le coaché. Le problème de Paul sera peut être plus d’ordre psychologique et alors il faut passer la main à un autre spécialiste: le psy.

    Néanmoins, je suis assez convaincu par le fait que le coaching peut être appliqué dans la plus part des situations quotidiennes.

  3. Freddy Mallet Says:

    Autre exemple qui me vient en tête:
    Tu es entraineur d’une équipe de football, ton meilleur élément joue un peu les stars, ces perfs ne sont pas à la hauteur de ces capacités et tu n’arrives pas à lui faire comprendre. Dans ce cas, le coaching ne peu pas non plus fonctionné même si tu crois en lui puisqu’il nécessite une attitude positive des deux côtés. Moi perso dans ce cas là, je mets le joueur sur le banc de touche tant qu’il n’a pas compris même si c’est au détriment de l’équipe sur du court terme et ça n’a strictement rien à voir avec du coaching.

  4. jbb Says:

    Quelle déception, je croyais lire un article sur le coaching et c’est en fait un article sur les régimes alimentaires (allez, je reprends un bonbon pour la peine et j’irais pas courir ce WE !)

    Blague à part, bon article. Cela permet aussi de voir que, comme Mr Jourdain, l’on peut (parfois) aussi faire du coaching sans le savoir.

  5. Franck’n Friends weblog » Blog Archive » Pourquoi es-il préférable d’évoluer dans des boîtes de temps ? Says:

    […] d il s’agit de définir les actions concrètes à réaliser dans le cadre du modèle GROW. C’est bien joli me direz-vous mais tout d’abord qu’est ce que signifie évoluer d […]

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.