Direction la planète ‘Scrum’

January 19th, 2005 par Freddy Mallet

L’objectif de cet article est de présenter une des planètes ‘agiles’ qui gravite autour de notre bonne vielle terre ‘XP’ et qui porte le doux nom de ‘Scrum’. Ce post suit la lecture d’un des rares livres sur le sujet : ‘Agile Software Development with Scrum’ de Ken Schwaber et Mike Beedle. Comme vous allez le voir par la suite, Scrum est une sorte d’approfondissement de la pratique du ‘Planning game’ XP à l’instar de la méthodologie TDD (Test Driven Development) par rapport aux tests unitaires XP. Vu de très loin la planète Scrum ressemble à cela:

Synthèse de la méthodologie Scrum

* La ‘'’Scrum team‘'’ est une équipe de 3 à 8 personnes maximum composée d’un coach (le Scrum master) et de développeurs aux compétences les plus diverses possibles. L’objectif étant de miser sur la complémentarité des personnes et la dynamique d’entraide que cela ne manquera pas de créer,

* Le ‘'’Scrum master‘'’ est le coach et son rôle est très simple : rendre la vie des développeurs la plus douce possible. Un développeur n’a pas assez de RAM sur son poste, le Scrum Master revient avec une barrette. Un client déboule en plein milieu d’un Sprint pour changer les priorités de développement, le Scrum Master lui fait comprendre que ça place est dehors, etc…

* Le ‘'’Daily Scrum‘'’ est l’équivalent exact du standing meeting XP,

* Le ‘'’Product Backlog‘'’ est la liste de l’ensemble des fonctionnalités (feuille excel) métiers classée par ordre de priorité inverse,

* Ce Product Backlog est sous la responsabilité d’un et un seul représentant ‘client’ : le ‘'’Product Owner”’,

* Le ‘'’Sprint‘'’ est l’équivalent exact d’une itération XP avec une durée conseillée de 30 jours,

* Le ‘'’Sprint Backlog‘'’ est la liste des fonctionnalités métiers que la Scrum team s’est engagée à délivrer à la fin du Sprint,

* Le ‘'’Product Increment‘'’ représente le delta entre le produit avant et après le Sprint,

* Le ‘'’Sprint Review Meeting‘'’ est la réunion organisée à la fin d’un Sprint avec la Scrum Team et le client pour présenter le Product Increment,

Si on remet tout cela dans l’ordre et qu’on démarre un projet:

*Les différents managers et le Scrum Master vont recruter une équipe de développement tout sauf à la Top Gun. Pour rappel, Scrum est une mêlée au rugby, une Scrum Team n’est donc pas un ensemble d’individualités mais une équipe complémentaire à la manière d’une équipe de rugby dont un ailier n’a pas franchement les mêmes qualités qu’un avant,

*Le client désigne ensuite un Product Owner qui est en charge de collecter l’ensemble des besoins métiers et surtout de mettre une priorité sur chacun d’entre eux. Ce point me semble relativement important dès que le produit s’adresse à plusieurs services au sein d’une entreprise,

*Le Product Owner fournit donc ce Product Backlog et la Scrum Team s’engage à délivrer les x premiers fonctionnalités présentent en début de liste : la Sprint Backlog. La notion d’engagement n’implique pas de sanctions en cas de non respect, c’est juste une indication qui fixe un objectif clair à court terme pour la Scrum Team (Comme le nageur à l’entraînement qui se fixe un objectif de 40 longueurs en début de séance. Il a décidé cet objectif par lui même et il fera donc de son mieux pour le respecter). De plus cet engagement sera comparé au résultat final pour mesurer au mieux la vélocité de l’équipe,

*Le Sprint peut alors commencer. Durant cette période de 30 jours, le Sprint Backlog est figé. Aucun directeur aussi fort soit-il ne peut bouger la Sprint Backlog, le Scrum master veille et la Scrum team peut travailler en toute quiétude,

*Tous les matins le Scrum Master coach le Daily Scrum pour que chacun explique son travail passé, présent et à venir d’une manière la plus synthétique possible. Si une discussion plus précise doit avoir lieu, elle aura lieu après le Daily Scrum,

*Durant le Sprint de 30 jours, la Scrum team est sur son bateau, n’a aucun compte à rendre et est libre de prendre le chemin qu’elle souhaite. Le Scrum master veille en permanence à ce que le cap soit bien tenu et qu’une certaine ‘tension positive’ règne. Du point du vue du management cette notion de ‘tension positive’ me semble être un point extrêmement important et partagé par toutes les méthodologies agiles. Elle consiste à fixer grosso modo de manière quotidienne un objectif à chacun sans tomber dans le travers du management sous pression. L’analogie avec le sport est là aussi très parlant : vous êtes responsable d’une équipe de foot et vous allez jouer un tournoi important dans 6 mois. Votre équipe doit donc être prête physiquement et techniquement dans 3 mois. La seule et unique manière de ce préparer pour cet événement important consiste à coacher au jour le jour les joueurs en fixant un programme précis pour chaque jour. J’irai même jusqu’à dire que plus les joueurs sont bons plus il faut veiller aux grains (cf le Real de Madrid).

*A la fin du Sprint, une réunion est organisée avec le client pour lui présenter le Product Increment. La Scrum Team doit également jeter un regard critique sur le Sprint réalisé pour juger de la vélocité , des problème éventuels de fonctionnement, des réussites, etc…

*Un nouveau cycle de Sprint peut alors démarrer.

En toute franchise, en refermant le bouquin je me suis dit que la méthodologie Scrum ne portait pas en elle assez de différence par rapport au planning game XP pour un jour sortir de l’ombre. Néanmoins, je recommande tout de même aux chefs de projet ou autres chefs siou la lecture de ce livre qui a le mérite d’apporter des analyses intéressantes sur les notions de complexité de projet, de conduite d’équipe, d’interférences sur le projet, etc…

fin de la mission sur ‘Scrum’ !

4 Responses to “Direction la planète ‘Scrum’”

  1. Franck Says:

    Trés intéressant cette planéte Scrum, enfin plutôt un satellite si c’est censé tourner autour d’une planète…
    Je trouve que c’est assez précis et ça a l’air très efficace mais évidemment cela ne doit pas être trés facile à appliquer au jour le jour.
    Le product owner a rarement les pleins pouvoirs par rapport à sa direction, de même que le scrum master doit aussi subir les pressions de la sienne …

  2. Eric Says:

    Intéressant, toutefois, Freddy, au rugby il est bon de noter qu’il n’y a pas d’ailier dans la mêlée… :D

  3. Stéphane Says:

    Instructif ton article !
    Scrum se résumerait donc à un Planning Game mieux coaché ?
    D’accord avec toi, l’aspect coach est effleuré dans XP et une ou plusieurs pratiques devraient lui ètre consacrées.
    J’aime aussi la feuille excel (sic) qui centralise les User Stories.

    s t

  4. Freddy Mallet Says:

    Hello Stéphane, à mons sens on peut en effet résumé Scrum à du planning game mieux coaché.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.